> Patrimoine > L’Eglise Saint Omer

L’Eglise Saint Omer

L’église Saint Omer était autrefois secours d’Embry et fut érigée en paroisse au cours du XIXème siècle.

Son chœur gothique de très basse époque ne doit pas remonter au-delà du XVIIème siècle. C’est le chapitre de Boulogne qui fit restaurer le chœur en 1676 et l’entretint jusqu’à la Révolution. Cette date fut retrouvée sur un débris de pierre provenant de l’ogive de la fenêtre à côté du petit portail par l’ancien curé, l’abbé Milliot.

La tour, beaucoup plus tardive, fut créée en 1892. Avant cette date, l’église ne possédait qu’un clocheton en charpente et ardoise, assis sur l’arc triomphal entre nef et chœur.

Dès 1870, on avait envisagé de réparer le clocher dans un état de délabrement avancé mais la guerre avait fait remettre le projet. L’architecte de l’époque fit bâtir une tour en avant corps et relever les murs de la nef pour les mettre à même hauteur que ceux du chœur, en prévision d’une réfection de la toiture ainsi facilitée.

L’église de Rimboval abrite un panel d’objets liturgiques de grande qualité. Une statue de Saint Adrien datant du XVIème siècle est inscrite aux monuments historiques depuis 1911 et une dizaine d’objets remarquables parmi lesquels le maître-autel, des statues, un reliquaire et le mobilier campanaire qui sont inscrits à l’inventaire supplémentaire.

Adossé au chevet de l’église, on note la présence d’un calvaire où est inscrit sur la plaque :
"Croix pastorale donnée par l’abbé Milliot, curé de Rimboval, à la mémoire de sa mère Marie Hubertine Imbert inhumée le 4 juin 1863".

on remarque la présence de deux cloches avec les inscriptions suivantes :
- sur la première : "L’an 1841, j’ai été nommé Marie Thérèse Antoine par Monsieur Pierre Panet, maire de Rimboval et de Marie Thérèse Fourdrinier son épouse. J’ai été bénite par M. Guyot, curé du lieu. Reconnaissance à Julie Dupuis de Saint Hilaire fondatrice d’une maison d’éducation AN 1837" ;
- sur la seconde : "Le sieur Florent Boulant, maire de Rimboval et la dame de l’adjoint, Euphasie Bataille Lenne, mes parrain et marraine m’ont donné le nom de Emilie - Florentine - Euphasie. J’ai été bénite par le curé de la paroisse Jules Tramecourt le 25 octobre 1892, refondue en 1973. M. l’abbé Henguelle étant curé, M. Hertault, Maire".

Portfolio